Photos Grande Randonnée

Châteldon - 3 avril 2018

 

Cette rando nous rappelle une journée bien pluvieuse de 2017 et finalement de bons souvenirs, la preuve : ce sont 29 participants qui sont au pied du monument aux morts de Châteldon pour profiter de  cet après-midi gris mais sec. Longeant le stade, nous passons à Rongère-Basse avant d’attaquer la première côte du jour. Petite pose pour reprendre son souffle arrivés à la route, et pratiquement à plat, nous surplombons Châteldon avant de descendre à la Maillerie sur le Vauziron. Un peu de plat encore le long du ruisseau et nous attaquons LA montée du jour tout d’abord assez raide puis longue….longue…Une nouvelle pause boisson après ce gros effort et, à découvert, nous affrontons le vent jusqu’à  Brafumel.

 

Les pentes deviennent plus raisonnables jusqu’à chez Tout Seul avant d’entamer la descente. Passés chez Gironde, nous attaquons la forte descente sur Châteldon mais cette année sans pluie, c’est beaucoup plus agréable. Tu vois Bernard quand tu t’appliques c’est bien mieux. Nous rencontrons un groupe de randonneurs locaux qui viennent de terminer leur sortie par une petite collation (des gens bien). Nous profitons du temps toujours sec pour admirer le vieux Châteldon et ses maisons à colombages avant de rejoindre les voitures. Terminés 12 km et 450 m de dénivelée du jour, passons aux choses sérieuses.

 

Aujourd’hui, 4 marcheuses nous invitent à une petite collation en l’honneur de leur anniversaire. Table et victuailles sont mises en place devant le monument aux morts et nous allons avec plaisir essayer une nouvelle fois de terminer les friandises concoctées par nos pâtissières.

 

Nos efforts s’avèreront encore insuffisants pour venir à bout de tous ces délices.


Chaptuzat - 23 mars 2018

Un peu de plat pour que les 24 participants s’échauffent et nous voici, alternant les montées et les faux plats, partis à l’assaut de Bens.  Nous nous dirigeons ensuite sur la Croix de la Garde dominant Glénat et poursuivons en direction de Bedeville  et Les Puys point culminant du jour; nous sommes à 529m d’altitude. Montées et descentes se succèdent jusqu’au  Puy Garnedon que nous contournons avant de rejoindre Chaptuzat Haut. Il ne nous reste plus qu’à rejoindre tranquillement Chaptuzat en profitant du soleil qui a décidé de nous accompagner.

 

Un petit repos sur la terrasse pour accueillir nos  marcheurs de l’après-midi et nous voici attablés devant une excellente potée.  A 14 h 15 la troupe repart pour la rando digestive.

 Juste après le cimetière nous attaquons une petite montée qui rapidement se transforme en une bonne côte. Certains vont peut-être un peu regretter la potée et vont trouver bien agréable la pause récupération accordée au sommet. Un joli banc (pas très adapté à toutes les jambes) permet d’apprécier le paysage.

 

Nous repartons sur le plateau en direction des Dragons et nous dirigeons vers le château des Bérangers tout rénové. Quelques centaines de mètres de descente et nous voici, toujours accompagnés du soleil, de retour aux voitures.

Tout le monde est unanime : les 18 km et 500m de dénivelée avec la potée au milieu, nous ont fait passer une splendide et agréable journée.


Chareil-Cintrat - 6 mars 2018

Prévisions météo moyennes, mais avec 2 parapluies dans le groupe, rien à craindre même avec Serge aux commandes. Café gâteaux pris sur le parking sous l’œil attentif de chèvres, lapins et autres animaux de basse-cour et les 30 participants attaquent la rando en descendant sur le château de Chareil-Cintrat. Rapidement le château d’Artanges se dessine sur un beau ciel bleu, puis alors que nous nous dirigeons sur Rosier, nous rejoignons nos camarades de la moyenne rando. Petit bout de chemin ensemble et nous repartons pour une petite côte qui va nous amener aux Cailloux.

 

Une pause bienvenue pour souffler et c’est un bon parcours presque à plat qui nous fait côtoyer Chassignet avant que nous nous dirigions sur le Grand Treux  avec un bon mal plat montant. Encore quelques efforts et une pause boisson nous permet d’admirer Montord et le paysage bien dégagé tout autour. Nous progressons alors sur les crêtes et pouvons bénéficier d’un beau point de vue sur Fleuriel.

Nous en avons bientôt terminé avec les 12 km et 170 m de dénivelée de cette agréable rando, puisque nous voici de nouveau en vue de Chareil-Cintrat  que nous atteignons sans difficultés par une agréable descente. Un peu de route histoire de décrotter un peu les chaussures et c’est le retour aux voitures. 

Nous rejoignons nos deux autres groupes de marcheurs afin d’attaquer la deuxième sympathique épreuve du jour : le repas chez Pépita.

Nous en venons à bout, d’autant plus facilement que nous avons droit au dessert à un petit récital du serveur aussi agréable qu’inattendu.

Voilà donc encore une belle sortie sportive et gastronomique qui s’achève et sans pluie : merci les parapluies !


Périgny - 27 février 2018

Un temps splendide nous accueille à Périgny pour le départ de cette rando concoctée par Marie Noëlle. Bien sûr, il fait frais (autour de 0°)  et il y a un peu de vent, mais ce beau ciel bleu tant espéré nous réchauffe. Bien emmitouflés et de ce fait difficilement identifiable les 27 randonneurs traversant par 2 fois la N7 et le Redan se dirigent vers La Croix du Merle, Les Imberts et Maison Neuve. Déjà quelques kilomètres parcourus et il faut bien le constater : les chaussures sont toujours propres, nous ne savions plus que cela était possible !

Arrivés à L’Etoile, il est décidé, afin d’éviter un peu de route, de faire un petit passage dans le bois. Bien sympathique, ce petit détour nous amène à Petit Villard puis Grand Villard où un bon gros chien vient nous témoigner sa joie de nous voir nous laissant en souvenir de jolis poils blancs bien visibles sur nos beaux vêtements  sombres pour la plupart. Nous longeons un bel étang tout gelé sur lequel est bâti un beau chalet modestement appelé Buckingham Palace.

 

Nous rejoignons la route de Lapalisse que nous longeons un instant avant de reprendre la direction de Périgny que nous atteindrons rapidement, le  petit vent frais nous incitant à une marche active . En ayant terminé avec les 11 km et 80m de dénivelée du jour, nous rejoignons nos voitures pour une deuxième partie très intéressante : l’arrosage des anniversaires

Tout est parfait comme toujours, et malgré le froid, ce fût un réel plaisir de partager un bon moment supplémentaire ensemble.


Bellenaves - 25 février 2018

Nous craignions le pire, mais le pire nous fut évité. Il fait environ 0° et le vent est assez faible. Le café gâteau (royal) est donc dégusté sans trop de peine.

Nous avons le plaisir d’accueillir Genneviève (RS Villefranche) qui a déjà participé à quelques randos avec nous par le passé.

 

Les 21 participants du jour prennent rapidement la direction de la forêt des Colettes qui va nous abriter presque tout le temps du petit vent bien frais.

Non loin de Villard au pied d’un arbre de 1916 (ou 18) nous faisons une pause et tentons, en vain, de finir la brioche du matin. Daniel ayant proposé son beau couteau pour la  couper se trouva fort dépourvu au moment de le récupérer : plus de couteau ; qu’est-il devenu ? Sans réponse la troupe redémarre dans l’inquiétude sur les traces de Jean. Le franchissement d’un arbre tombé sur le chemin des amoureux va distraire les esprits de cette angoissante question.

 

Quelques passages un peu boueux, mais pas trop grâce au gel de la nuit, quelques côtes longues mais douces font ouvrir les cols et tomber les bonnets et c’est bien réchauffés et les chaussures presque propres que nous nous attablons à l’auberge de la croix des bois peu après midi. Jean (notre éclopé momentané) est venu nous rejoindre pour passer un moment avec nous. La salle, la cuisinière et le serveur nous sont réservés. Le service est rapide, les plats sont bons. Il est 13h 30 quand nous reprenons notre marche. Tout va pour le mieux puisque Jacques a trouvé dans son sac un couteau qui redonne le sourire à Daniel (mais l’avait-il vraiment perdu, ce sourire ?) L’air froid semble un peu vif après cette pause, mais nous en venons à bout d’autant qu’après les Ronzières nous retrouvons la forêt. Quelques passages un peu hors piste et donc un peu plus délicats et nous terminons notre belle rando, nous offrant même un petit détours dans le village vacances histoire de porter notre parcours à presque 19 km et 460 m de dénivelée.


Etroussat - 20 février 2018

Pas très encourageante le matin, la météo reste optimiste pour l’après-midi. Serge, parapluie anti-pluie à la main nous accompagne donc au départ d’Etroussat.  Il ne fait pas très chaud voire un peu frais quand le bisiaud nous caresse le museau.

Bien emmitouflés les 19 participants du jour s’élancent gaiement, bitume sous les semelles, sortant d’Etroussat par la Chaume Gouyon. Très rapidement nous retrouvons les bons chemins boueux qui nous accompagnent depuis des semaines.

 

Nous nous dirigeons vers Bompré, mais bifurquons rapidement vers le château de Douzon. Petit moment pour admirer ce beau bâtiment du 18ème et nous contournons la propriété pour passer sur sa face arrière en découvrant le donjon à guette, seule partie restante de l’ancien château datant du 12ème détruit par un incendie.

Un peu de bitume (bienvenu) nous amène au Colombier puis nous prenons la direction de Fourilles. Le chemin devient légèrement vallonné et à l’abri du vent nous nous surprenons à dégrafer un peu notre équipement polaire.

 

Nous évitons le village pour redescendre sur Etroussat. Au loin nous apercevons Chantelle, le paysage alterne maintenant entre petits bosquets et vignes. Le temps est de moins en moins gris si bien qu’en vue du point d’arrivée un rayon de soleil vient nous féliciter de notre ténacité pour avoir mené à bien cette rando de 13 km et 120 m de dénivelée.


Vensat - 13 février 2018

La météo n’est pas très optimiste et prévoit de la neige dans l’après-midi, mais comme déjà la semaine passée nous ne sommes pas sortis (sauf pour manger) Jean Louis décide de maintenir la rando.

Il a eu bien raison puisque nous sommes 28 (bien emmitouflés par 2°) au départ de la salle des fêtes de Vensat. Le temps de sortir du village pour échapper à la fumée qui l’envahit, nous arrivons Au Moulin Roux et avons un premier regard sur le château de Villemont. Un petit crochet à St Julien et nous repassons devant le château en rénovation.

 

Un petit moment plus tard après avoir utilisé un chemin assez humide (le lieu s’appelle le marais), nous débouchons hors d’un petit bois et voyons à nouveau de la fumée non loin de nous. Nous ne tardons pas à découvrir qu’en fait de fumée c’est une belle averse de neige qui nous atteint. Capuches et bonnets sur la tête cols bien fermés, nous poursuivons jusqu’à Jayet puis bifurquons vers La  Chapelle. La neige ayant cessée, nous nous autorisons un petit crochet pour  contempler un château et sa chapelle ainsi qu’un joli étang un peu gelé.

Nous sommes bientôt au point culminant (505 m) de notre parcours de 11km et 240 m de dénivelée. Il nous reste à redescendre par un joli chemin couvert de feuilles jusqu’à la route que nous quittons rapidement pour renouer avec la boue et surtout avoir une belle vue sur le château de Chancel. Encore un petit crochet dans le village et nous voici de retour au point de départ. Commence alors un autre exercice également fort apprécié : l’arrosage d’anniversaires.

 

Comme d’habitude si la boisson est consommée avec modération, il n’en est pas de même pour les gourmandises fort appréciées. 


Le Vernet - 30 janvier 2018

Ce mardi, bien que prévenus par l’animateur du jour, 30 participants ont bien voulu braver les difficultés annoncées.

Ils n’ont pas été déçus…

 

Après quelques centaines de mètres, déjà un premier passage boueux et piègeux qui nous a valu les premières  glissades.        

Une montée herbeuse plus loin, nous voici dans le bois de Bas (au-dessus de Beaudechet et des Grivats) sur un sentier étroit dans lequel un arbre tombé à permis à chacun de se tester pour franchir ce type d’obstacle.

Après une descente, un chemin très délicat a été évité par de nombreux participants qui ont préféré fuir  par le bois en dessus.

Regroupement général au sortir de ce bois avec vue sur le château du Vernet, notre prochain point de passage auquel nous accédons avec le sourire par un chemin glissant.

 

Ensuite, direction les Godets et Barantan où nous retrouvons enfin un peu de goudron. et après avoir coupé la route de Cusset, nous prenons la direction de la Loue, puis remontons sur les hauteurs ce qui nous permet de voir Cusset et Vichy d’un côté et de l’autre la côte des Justices et la vallée du Sichon.

Nous voici un peu plus loin au Verduizant et à la Courie avec la cerise sur le gâteau : une côte courte mais raide et particulièrement boueuse qui nous ramène à notre point de départ.

 

Ouf !  Tant mieux, c’est fini pour ce mardi.


Cusset - 23 janvier 2018

Retour aux randos habituelles après notre sortie raquette de vendredi.

 

Il fait beau et environ 12°, temps idéal pour les 32 sportifs qui, traversant le Sichon, partent du parking Tabarly pour rejoindre l’espace Chambon.

Jean nous fait contourner les traditionnels escaliers « casse pattes » de ce début de parcours, mais ne peut nous épargner la première côte sérieuse qui suit. Débouchant sur le plateau, un petit regroupement s’impose avant de patino-marcher jusqu’à Barantan, c’est que les chemins sont bien humides cet hiver. Un peu de goudron, bienvenu cette saison, et nous reprenons notre progression boueuse jusqu’aux Godets. Longeant un petit cours d’eau nous rejoignons le Sichon que nous traversons aux Grivats.

 

Devant nous maintenant, une montée  de 120m qui va bien nous occuper jusqu’au domaine du Reposeau. Cela devient ensuite plus facile, genre malplat jusqu’à la route du Mayet (encore 50 m quand même). Après avoir profité d’une belle vue sur Cusset et Vichy, nous empruntons cette route, bien alignés ou presque en file indienne, avant de remonter sur les Justices. Plus de côtes, il ne nous reste plus qu’à redescendre jusqu’à Cusset sans problème si l’on excepte un passage plus que glissant et boueux après le Reposeau.

La rando devient maintenant urbaine et sans difficultés et c’est donc bien détendus que nous retournons aux voitures après avoir fait une bonne balade de 10 Km et 310 m de dénivelée.


Super Besse - 19 janvier 2018

Départ nocturne de Vendat, trajet un peu pluvieux, inquiétude en arrivant à Besse : pas de neige, mais soudain, en arrivant à Super Besse, il neige et il y en a au sol, la sortie raquette n’est pas compromise.

 

Il fait environ –1° et le vent est très rafraîchissant. Le temps de prendre les raquettes, de descendre au pied des pistes et le soleil apparaît pour notre plus grand soulagement. Notre guide Jean Luc veille à ce que nous soyons correctement équipés, le café est pris à la sauvette, le temps presse.

La sortie débute donc dans de très bonnes conditions. La progression se fait à notre rythme, Jean Luc mettant à profit les arrêts pour nous expliquer tout sur la géologie, la flore et la faune du milieu qui nous entoure. Nous attaquons ensuite une pente plus raide nécessitant l’usage, après instruction, des cales de montée. Les arrêts « pédagogiques » sont les bienvenus. Selon le guide, l’énergie dépensée en raquettes est 3 fois supérieure à une montée sur le sec.

Un petit en-cas en haut de la côte et nous atteignons une zone très ventée que nous avons hâte de quitter. Mais voilà pour la quitter il nous faut descendre une pente raide. Nous suivons les instructions de Jean Luc avec attention, mais la mise en pratique va s’avérer complexe pour plusieurs qui vont avoir l’occasion de « goûter » la neige à plusieurs reprises, mais sans aucune conséquence à part de nombreux fou rires.

 

Il nous reste à tester les sous-bois et leurs ponts de neige qui parfois cèdent après plusieurs passages, mais toujours sans impact sur la bonne humeur. Nous revoici de retour au point de départ, ravis de notre rando-raquette qui nous a fait découvrir la région et diverses situations de progression. Le temps de déchausser, rendre les raquettes et remercier Jean Luc pour sa très bonne prestation et nous nous présentons à La Bergerie, un restaurant réputé pour sa truffade.